Le blog du cerveau

09 octobre 2019

Dans le monde du développement web

Je suis en affaires depuis aussi longtemps que cela me prenait de conduire légalement - 16 ans! Je ne peux pas dire que ça a été une bonne course. Nous avons eu notre part de nez ensanglantés en cours de route. Principalement à cause de moi. (Heureusement que c'est difficile ou que je me tire moi-même.)  La conception de sites Web est une entreprise en constante évolution et à forte intensité de main-d'œuvre qui n'évolue pas bien. Ce qui était populaire et considéré comme la meilleure pratique il y a trois ans n'est plus pertinent aujourd'hui. Cela rend notre industrie à la fois intéressante et frustrante.  Dans ma prochaine vie, je pense que je vais essayer de créer un logiciel sympa et de le vendre un million de fois. Un type de modèle commercial basé sur un abonnement qui résout des problèmes profonds au sein des entreprises. Comme ce que fait Oracle.  La bonne nouvelle est que le développement Web deviendra plus facile. J'imagine un monde où les sites s'assemblent littéralement, en fonction de la nature de votre entreprise, de l'étendue de votre marque et, bien entendu, de votre budget.  Il était un temps où, pour imprimer, il fallait des spécialistes dévoués dotés d'un équipement coûteux. Et puis - apparemment du jour au lendemain - la publication a été déplacée sur le bureau et pratiquement n'importe qui, n'importe où, peut désormais produire du contenu et le partager à l'échelle mondiale. C'était extrêmement perturbant.  De la même manière, plusieurs sociétés proposent désormais des services de conception de sites Web personnalisés. Check-out Wix et SquareSpace si vous avez besoin d'un site de type brochure. Regardez Shopify et Volusion pour les sites de commerce électronique. Tous offrent de bonnes solutions.  Mais il existe toujours un marché important et en croissance pour les entreprises qui ont besoin d'une approche plus personnalisée pour leurs propriétés Web. Elles ont tendance à être des entreprises plus grandes et plus matures, qui savent ce qu'elles veulent et sont disposées à en payer le prix.  Alors, quelles sont les erreurs que j'ai commises au cours de la décennie et demie que j'ai travaillé dans cette industrie? Aller bon marché: vous en avez pour votre argent. Nous entendons cela tout le temps. Vous penseriez peut-être que nous, les propriétaires d'entreprise, accepterions ce peu de sagesse au moment de l'embauche, mais nous ne le faisons pas. Nous espérons le meilleur pour celui qui est le moins cher. Et finalement, ça ne marche presque jamais bien. Pas cher c'est cher. Des codeurs aux graphistes en passant par les gourous du référencement, les meilleurs coûtent plus cher. Et si vous voulez faire un travail de qualité, vous devez être prêt à payer pour cela. Plus de geeks pas chers.  En espérant qu'un seul super-héros soit suffisant, voici le même type d'erreur que l'erreur. Au lieu d'embaucher 3 geeks coûteux, vous n'en embauchez qu'un et vous vous attendez à ce qu'une personne soit capable de tout faire correctement. Le problème est que le développement Web ressemble à la construction d'une maison. Vous avez besoin de plombiers, électriciens, couvreurs, paysagistes, etc. Une personne ne possède pas toutes les compétences. C'est humainement impossible. La réalité est que le codeur est doué pour le piratage, mais terrible pour le graphisme. Le concepteur peut créer des éléments si attrayants que vous voudrez les lécher, mais ne connaît rien sur l'écriture de code ou l'optimisation de sites pour les moteurs de recherche. Vous avez besoin d'une équipe. Soyez prêt à payer pour les compétences spécifiques requises pour bien faire le travail. Ne vous attendez pas à ce qu'un seul super-héros le fasse bien.  L'agriculture: Au début, j'utilisais des sites indépendants comme ELance et ODesk. Si vous avez besoin d'embaucher une compétence très étroite, ces sites peuvent vous servir vraiment bien. Mais si vous souhaitez créer une entreprise florissante et développer des talents fiables, les sites indépendants peuvent être oubliés. Traiter avec des inconnus de différents fuseaux horaires et de différentes cultures peut créer plus de friction que nécessaire dans le processus de développement. J'ai développé plusieurs relations d'affaires solides avec des pigistes via ces sites. Et je continue de travailler avec eux aujourd'hui. Mais l'externalisation n'est pas pour tout le monde. J'ai perdu plus d'un projet en espérant qu'un pigiste réussirait - et je ne l'ai jamais fait.  Mettre le talent sur la liste de paie: Les très bons geeks ne sont pas intéressés par un poste conventionnel et salarié. Comme leurs compétences sont en forte demande, ils ont tendance à préférer un mécanisme d'équité ou à servir simplement de fusil temporaire. Si vous êtes le propriétaire de l'entreprise, vous souhaitez recruter d'excellents collaborateurs. Et maintenant, vous êtes prêt à les payer. Mais à moins que le travail ne soit régulier et constant, vous serez pénalisé par les frais généraux. Deux mois d'affilée vont générer des pertes cumulatives significatives. Cela peut tuer votre entreprise. Au lieu de cela, nous avons appris à fidéliser et à entretenir un cercle restreint d'experts chevronnés pouvant être engagés sur la base de projets au besoin. Cela nous aide à gérer nos marges bénéficiaires tout en livrant un travail de qualité à un prix raisonnable.  Retainers: Les retainers font partie de ces relations commerciales bien intentionnées qui ont en réalité des valeurs polarisées. Le client veut être assuré qu'il sera bien pris en charge et le geek se réjouit du revenu résiduel. Mais si vous y réfléchissez, le client souhaite réduire au maximum son travail pour optimiser le retour sur investissement, tandis que le geek souhaite consacrer le moins de temps possible à la préservation de son bénéfice brut. J'ai appris que le modèle de paiement par répartition est en fait meilleur pour le client et équitable pour tous. Ce qui est meilleur pour le client est finalement meilleur pour nous.  Dire oui: mon équipe est parfois frustrée par ma volonté de vendre quelque chose en premier, puis de trouver le moyen de le livrer plus tard. Cette attitude gagnante a alimenté notre croissance initiale mais a finalement conduit à des situations où nous étions trop promis et sous-livrés. Mauvaise affaire. J'ai appris à mieux aligner nos frontières sur nos compétences fondamentales. Si nous voulons faire du bon travail, alors nous devons dire non au travail qui ne peut pas bien faire.  Partir d'un domaine de travail mal défini: Savoir exactement ce qu'un projet inclut et ce qu'il n'inclut pas est essentiel à sa réussite. Au début, nous étions si pressés de conclure une vente que nous conclurions la transaction avant de définir clairement la portée des travaux. Cela a conduit à des attentes manquées, à des clients mécontents et au bilan de tout projet logiciel: un glissement de la portée. C'est un vilain trou à parcourir. Tous les projets nécessitent des phases, des jalons, des ensembles de fonctionnalités, des dates de livraison et des descriptions détaillées afin que tout le monde se trouve littéralement sur la même page.  Construire un site Web est en fait la partie la plus facile de l'équation du succès. Pour qu'un site en ligne soit réellement rock, le client doit comprendre qu'il existe plusieurs autres aspects à prendre en compte. Peu importe qui couvre ces bases, mais quelqu'un doit le faire. Sinon, le site ou l'application échouera. Voici une infographie précise sur la façon de créer une application qui tue. Un lancement d'entreprise réussi nécessite plusieurs étapes: recherche, développement, tests, marque, marketing, etc. Jadis, nous pensions que notre seule responsabilité était de concevoir le site ou de créer l'application. Maintenant, nous réalisons que nos clients ont besoin d'aide dans tous ces domaines, malgré nos échecs (désolés clients passés qui ne me parleront plus jamais!), J'adore le développement de logiciels. ces énormes jalons dans l'histoire humaine. C'est la ruée vers l'or de notre génération. Dans cinq cents ans, les gens se pencheront sur la chronologie de l'homme et marqueront la création d'Internet comme un tournant décisif, comme le feu, le métal, l'agriculture et la production industrielle. Je vous laisse le lien vers le site spécialiste de la formation SEO Lille.  

Posté par ebizard à 12:48 - Permalien [#]


30 juillet 2019

Le marché des composants d'avion

Selon un nouveau rapport de marché publié par Credence Research Inc «Marché des capteurs d'aéronefs - Croissance, part, opportunités, analyse de la concurrence et prévisions, 2016 - 2026», le marché mondial des capteurs d'aéronefs devrait connaître une croissance significative tout au long de la période demande pour les avions de passagers. Le marché mondial des capteurs pour aéronefs était évalué à 1 653,2 millions USD en 2017 et devrait franchir la barre des 2 686,0 millions USD d'ici 2026, avec un TCAC de 5,7% de 2018 à 2026. Au cours des cinq dernières années, le nombre total de passagers aériens a augmenté à un rythme remarquable en raison de l'augmentation du revenu disponible de la classe moyenne et de la nécessité de réduire la durée du trajet dans des horaires chargés. L'augmentation constante du nombre de voyageurs aériens motivant les fournisseurs de services aériens à étendre leurs activités, ce qui devrait accroître la demande de nouveaux aéronefs à l'échelle mondiale. En outre, les exploitants aériens s'attachent à réduire leurs coûts de maintenance et d'exploitation. La miniaturisation des capteurs et l'adaptation des réseaux de capteurs sans fil (WNS) permettent de réduire le poids des vols et d'entraîner une réduction des coûts d'exploitation pour les fournisseurs de services aériens. Tous les facteurs mentionnés ci-dessus devraient stimuler la demande de capteurs pour aéronefs tout au long de la période de prévision allant de 2018 à 2026. Les coûts de maintenance des aéronefs représentent 10% à 20% du total des coûts d'exploitation des aéronefs. Les exploitants aériens s'attachent à réduire leurs coûts d'exploitation afin de préserver leur durabilité dans des environnements concurrentiels. Les réseaux de capteurs câblés sont complexes et difficiles à acheminer. L'utilisation de la boîte de vitesses, du moteur, des cellules et des structures de capteurs câblés ainsi que d'autres composants clés augmente les coûts d'exploitation et de maintenance des aéronefs. L'utilisation du réseau de capteurs sans fil (WSN) peut aider les fabricants et les exploitants de compagnies aériennes à surmonter des problèmes tels que l'augmentation du nombre de capteurs pour surveiller chaque élément de l'avion et la redondance des systèmes. En outre, cela contribue également à réduire le poids des aéronefs et à augmenter le rendement énergétique. Tous ces avantages des capteurs d'aéronef contribuent à réduire les coûts de maintenance et les coûts opérationnels globaux. Ainsi, les capteurs sans fil devraient connaître une croissance significative au cours de la période de prévision. Cette étude couvre les capteurs utilisés dans différents types d'aéronefs, y compris les aéronefs à fuselage étroit, les aéronefs à fuselage large, les très gros aéronefs, les aéronefs régionaux, les aéronefs d'aviation générale, les hélicoptères, les aéronefs militaires et les véhicules aériens sans pilote (UAV). Les aéronefs à fuselage étroit constituent le plus grand segment du marché des capteurs pour les aéronefs et devraient connaître la croissance la plus rapide au cours de la période de prévision. Les principaux constructeurs aéronautiques augmentent leur production d'avions à fuselage étroit en raison de la demande croissante de ce type d'aéronefs de la Chine, de l'Inde, de l'Asie du Sud-Est et d'autres marchés émergents. Les aéronefs à fuselage étroit resteraient le premier choix des fournisseurs de services aériens à bas coûts pour renforcer leurs opérations nationales dans les pays émergents. Les avions gros-porteurs devraient connaître la plus faible croissance au cours de la période de prévision car les exploitants aériens réduisent leurs opérations d'aéronefs gros-porteurs pour le trafic passagers. A lire sur le site de cette expérience de baptême en L-39.

Posté par ebizard à 10:02 - Permalien [#]

25 juillet 2019

Les énormes chiffres d’Amazon

Les chiffres sont gros. Amazon prévoit de consacrer 3,7 milliards de dollars à la construction de 4 à 8 millions de pieds carrés d'espace de bureau, soit l'équivalent du One World Trade Center deux à trois fois, pour 25 000 travailleurs en dix ans et peut-être 15 000 autres dans les cinq années suivantes. L'État injectera jusqu'à 505 millions de dollars dans la construction et renoncera à 1,2 milliard de dollars en impôts. La ville investit 1,3 milliard de dollars de plus en primes, principalement sous forme d'allégements fiscaux applicables à toute entreprise (pas seulement Amazon) qui déplace des emplois en ville. Face à ces immensités, les opposants se sont concentrés sur un tout petit élément de l'accord, plus compréhensible. Les contribuables achètent un hélipad à Jeff Bezos! Nonsense: l'État et la ville ont accepté d'aider à sécuriser les autorisations - si possible - pour un, mais Amazon paie la facture. Qu'est-ce que New York tire de cet accord? Cuomo et de Blasio s'appuient sur un rapport qu'ils ont commandé, affirmant que la présence d'Amazon injecterait 186 milliards de dollars dans l'économie de l'État au cours des 25 prochaines années, générant 13,5 milliards de dollars de nouvelles taxes de séjour et un peu plus pour l’État. Il est difficile de savoir si le commerce dans la ville aurait augmenté de toute façon sans les 3 milliards de dollars nécessaires. Beaucoup d'entreprises (y compris Google) viennent ici pour la même raison qu'Amazon: les PDG et les employés aiment bien être dans une ville prospère. L'accord apporte des avantages concrets. Bien que les politiciens se plaignent que l’accord détournera de l’argent pour répondre au besoin urgent de Long Island City d’améliorer les écoles, les parcs et les moyens de transport, il crée un fonds offrant exactement ces avantages. Amazon va créer un fonds pour former des étudiants du secondaire et des résidents de nycha, entre autres, à des emplois dans les technologies. À tous égards, agissons pour plus. Récupérer une partie de cet argent, obliger la société à payer pour une école ou deux. Renége sur ce foutu héliport. Mais ne tirons pas le bébé. Mettant de côté les coûts et l’échange d’avantages et de cadeaux, de nombreux opposants détestent l’idée de la présence d’Amazon. Il y a un nativiste sonne à ce rejet. Certains regardent la phrase «25 000 emplois» et voient une caravane d’étrangers surdimensionnés et bien formés arrivant sur les côtes de l’île avec leurs poignées d’argent odieux. Selon la théorie, ils emmèneront avec eux leurs cultures de banlieue, ils auront des enfants qu'il faudra éduquer et ils exigeront de nouvelles choses pour dépenser leurs gains. Ils prendront le relais, faisant monter les loyers et encombrant les métros.

Posté par ebizard à 08:09 - Permalien [#]

21 mai 2019

Du jet ski pour tous

Bien que je sois un mordu d'adrénaline, je ne m'étais encore jamais essayé au jet ski. J'avais bien tenté le coup il y a deux ans, mais les vagues étaient trop hautes et j'avais dû renoncer. Mais j'ai enfin pu réparer cette erreur le week-end dernier, à l'occasion d'un déplacement . L'intérêt du jet ski, c'est qu'on peut s'offrir de belles sensations dès les premiers instants. L'animateur vous apprend les bases en moins de dix minutes et les sensations sont tout de suite présentes. Pourtant, si on veutaméliorer sa technique, ça peut alors demander beaucoup de travail. En définitive, cette activité se destine aux débutants qu'aux plus expérimentés. Mais dans la pratique, comment ça se passe ? Nous étions six (principalement des hommes) pour cette randonnée sur bolides. Après avoir enfilé nos combis, nous avons rejoint de superbes jet skis de 100cv. Notre instructeur nous a expliqué comment piloter. Franchement, ça n'avait rien de sorcier : il y avait un cordon liait le scooter au pilote arrête les gaz en cas de chute dans l'eau. Du coup, il n'y avait pas de risque de se retrouver à l'eau et de voir le jet ski poursuivre sa route sans son pilote ! Cinq minutes plus tard, nous avons finalement pu partir. C'était aussi bien que je l'imaginais : le vent sur la peau, les vagues au travers desquelles on passe, les embruns qu'on se prend en pleine figure... C'est vraiment excitant, et ce d'autant plus qu'on se sent en sécurité. Quand on prend de la vitesse, le plaisir est tellement fort qu'il est physiquement impossible de ne pas sourire comme un benêt. Il n'y a pas à dire, c'est clairement un sport voué au fun. Dans l'ensemble, c'est surtout une question de souplesse. Si l'on accélère comme une furie, on a pas mal de chances de finir à l'eau. Il faut manier l’engin avec délicatesse afin de ressentir une véritable sensation de glisse sur l’eau. Mais on prend vite le coup de main et ça devient vite du fun à l'état pur. J'ai fait cette randonnée en jet ski, mais j'ai vu qu'on peut en réaliser un peu partout, même sur la Garonne. Il y a donc de bonnes chances pour que vous ne deviez pas aller à l'autre bout du monde pour essayer. Pour en savoir plus, je vous recommande la lecture du blog sur cette expérience de randonnée de jetski à Monaco qui est très bien élaboré sur ce thème.

jetski

Posté par ebizard à 15:44 - Permalien [#]

Trump et la fin dans le monde

Il est facile de comprendre pourquoi le président trouve cette notion si attrayante: elle a la qualité deux-avec-une-pierre que ces lunkheads qui se considèrent comme de brillants tacticiens sont récompensés pour leurs idées. (Cela ressemble aussi beaucoup à l'explication hilarante de Trump il y a de nombreuses années qui expliquait pourquoi ses fils adultes devaient être applaudis pour leurs exploits Bungalow Bill Safari, mais il n'est pas nécessaire de s'y attarder.) Mais malheureusement pour Trump, les agriculteurs et le tiers monde , l'idée tombe en morceaux sous le plus simple examen minutieux. Deux préoccupations quotidiennes se présentent à la fois. Tout d'abord, abattre les droits de douane sur la Chine n'oblige pas la Chine à payer une fortune au gouvernement américain - comme l'a reconnu le principal conseiller économique du président ce week-end. En réalité, ce sont les entreprises américaines qui paient l'augmentation de la taxe. Deuxièmement, c'est le Congrès, et non la Maison Blanche, qui détermine quoi faire avec les fonds levés par le gouvernement. Mais ce sont des objections ennuyeuses. Pour vraiment comprendre la folie du plan agricole de Trump, vous devez examiner de plus près les détails de la relation agricole entre l'Amérique et la Chine. Au cours des dernières décennies, l'expansion économique rapide de la Chine a permis à des centaines de millions de personnes d'échapper à l'extrême pauvreté. Le taux de pauvreté dans ce pays a chuté de 88% en 1981 à seulement 6,5% en 2012. Cela signifie des régimes plus riches et plus équilibrés pour des centaines de millions de Chinois - et une demande croissante d'importations de produits agricoles, que les agriculteurs américains étaient les mieux placés pour exploiter. Mais le marché agricole international fonctionne un peu différemment de la plupart des marchés de produits de base, pour la raison évidente que la plupart des types d'aliments, contrairement à la plupart des produits de base, se gâtent très rapidement. La plupart de ce que la Chine a commencé à importer des États-Unis n'était donc pas de la nourriture pour ses citoyens, mais de la nourriture pour sa nourriture: de grandes quantités de céréales américaines pour nourrir les troupeaux de porc domestiques nouvellement massifs de la Chine. En 2017, les agriculteurs américains ont vendu pour 12,4 milliards de dollars de soja à la Chine, soit environ le tiers de leur récolte totale. Aucun autre produit alimentaire n'a même franchi la barre du milliard de dollars d'exportation. C'est ainsi que ce sont les producteurs de soja qui ont jusqu'à présent été les principales victimes de la guerre commerciale. En effet, les exportations sur lesquelles ils ont bâti leurs affaires se sont presque complètement asséchés sous les lourds tarifs douaniers chinois. C'est le soja - pas le blé, la viande ou les produits laitiers - qui s'empile dans les bacs de stockage des agriculteurs parce que les prix sont tombés trop bas pour être vendus. Le soja a bien sûr ses utilisations culinaires: son huile extraite est utilisée dans de nombreux produits, de la margarine à la vinaigrette, et peut être transformée en bougie comme le lait de soja et le tofu. Mais ce n'est pas exactement le type de grain que vous remettez aux villageois affamés avec un «hé, mangez ça.» Le grand plan de Trump pour s'attaquer à la fois à la misère de notre ferme et à la faim dans le monde consiste à sonder le les peuples affamés du monde avec notre surplus d'aliments pour porcs. «Personne au monde ne voudra du soja brut», a déclaré l'économiste agricole Dan Basse au journal The Bulwark. "Bien sûr, les humains consomment la composante huile de soja. Le reste, qui est en grande partie composé de farine de soja, serait destiné au bétail." En entamant une guerre commerciale avec la Chine, Trump s'est débarrassé de ses agriculteurs américains, les coupant ainsi d'un marché d'exportation essentiel sur lequel ils compteraient. Plus la guerre commerciale durera longtemps, plus les dommages causés à l'industrie seront graves. Même si elle devait se terminer demain, une grande partie des dommages pourrait bien s'avérer permanente.

Posté par ebizard à 08:25 - Permalien [#]


25 mars 2019

Un étranger à New York

Il y a quelques jours, j'ai été amené à suivre un incentive à les Etats-Unis dans le cadre d'un incentive, et je dois dire que j'en avais le plus grand besoin. Ce voyage venait nous remercier d'avoir assuré dans une cadence de travail particulièrement chargée, et cela m'a donné l'occasion de couper un peu avec le boulot. En fait, si ce voyage n'avait pas été proposé, j'aurais probablement posé des congés. De manière générale, je ne remets pas en doute le fait que le travail est une bonne chose. Mais j'estime aussi que, des fois, il faut savoir lâcher prise. Et la meilleure façon d'y parvenir, dans ces cas-là, reste encore de chercher un billet de dernière minute afin de partir à l'aventure. C'est étrange, de voir comme mon regard au fil du temps. Les premières fois, j'ai eu tendance à penser que les voyages incentives se résumaient à des déplacements professionnels. Mais ça n'empêche pasd'en profiter comme de vraies vacances. Ce sont des vacances qui se font évidemment entre collègues, et non avec sa famille, mais c'est aussi une occasion, quelque part. Il y a en effet pas mal de voyages impossibles à effectuer, à partir du moment où l'on a des kids. Et si je n'appréciais pas les incentives lorsque j'étais célibataire, j'ai découvert qu'ils étaient une bonne manière de réaliser tout ce qu'on s'interdit de faire en famille. Cela permet de faire retomber la pression générale et de vivre mieux avec les siens aussi. Encore une fois, j'adore ma famille, mais je sais que parfois, c'est plaisant de respirer un peu. Cela permet de retrouver le sourire lorsqu'on revient. Même lorsqu'on a une vie rêve, on finit par perdre de vue son bonheur, du simple fait de l'avoir sous les yeux. Il est donc indispensable dans ces cas-là de faire une virée permet de se souvenir pourquoi tout ça est si précieux. Tout ceci explique pourquoi cet incentive aux USA. Tenez, je vous mets un lien vers le site de l'agence qui s'en est chargée, si vous voulez convaincre votre patron. En savoir plus en suivant le lien sur le site du spécialiste reconnu de ce voyage seminaire à New York.

Posté par ebizard à 16:16 - Permalien [#]

22 mars 2019

Quand le gouvernement arrête tout

Rarement Donald Trump a paru reconnaître la défaite comme ce vendredi 25 janvier sur la pelouse du Jardin des roses à la Maison-Blanche. Au 35e jour du «shutdown», la mise à l'arrêt d'une partie du gouvernement fédéral faute de budget, le président a accepté le seul compromis offert par l'opposition démocrate, sans la moindre concession pour son «mur» sur la frontière mexicaine. Il a signé une mesure de financement temporaire qui permet de payer les fonctionnaires et de remettre l'administration au travail jusqu'au 15 février prochain. Le contexte a pesé dans la décision du chef de la Maison-Blanche de rendre, au moins temporairement, les armes. Ce vendredi marquait le deuxième jour de paye manquée (elle est bimensuelle) pour 800.000 fonctionnaires réquisitionnés ou mis au chômage technique. Signe de leur colère grandissante, l'Autorité fédérale de l'aviation avait dû suspendre une partie des vols dans plusieurs aéroports du fait de l'absentéisme des aiguilleurs du ciel, suivant celui des agents de sécurité. De même, 14.000 employés du fisc refusaient l'ordre de travailler sans salaire. «Nous avons de très bonnes idées sur la façon de sécuriser la frontière», a dit vendredi la présidente de la Chambre, Nancy Pelosi. Mais «on ne négocie pas en prenant les Américains en otages, espérons que le président a retenu la leçon», a lâché son compère au Sénat, Chuck Schumer. Avec le retour à la normale, Donald Trump doit être réinvité à prononcer son discours annuel sur l'état de l'Union au Capitole «à une date à convenir». Du perchoir, «Madam speaker» est sûre de l'y toiser.

Posté par ebizard à 08:32 - Permalien [#]

22 janvier 2019

Le message du photographe

Photographe professionnel à Marseille pour les entreprises, je suis spécialisé dans le reportage photographique industriel, événementiel, corporate et le portrait photo. Je mets à la disposition de votre entreprise tout mon talent et ma passion de la photographie. Je vous propose un reportage photographique d’entreprise qui saura vous mettre en valeur ainsi que votre société. Mettre son entreprise en avant implique de communiquer autour de celle-ci. Il est impératif, pour l’image de l’entreprise, de faire appel à un photographe professionnel. Un photographe d’entreprise à Marseille dont les services et la qualité de son travail sont à la hauteur de vos attentes. Un photographe qui sache répondre aux exigences visuelles de votre entreprise. Je vous accompagne pour tous vous projets professionnels et réalise tous vos reportages photographiques : presse, événementiel, institutionnel, culturel et sportif. Des photos de produits (packshot), intérieur, immobilier, architecture, ambiance ou encore des time-lapse. Mon travail consiste donc à mettre en valeur le quotidien de l’entreprise et de ses collaborateurs en image. Quelque soit le domaine d’activité, je réalise des photographies pour les entreprises, les agences de communication et publicité, ainsi que pour les institutions. Toutes ces photos pourrons venir illustrer votre site internet, plaquettes, catalogues et même vos murs. Photographe événementiel entreprise à Marseille et Aix-en-Provence Autant à l’aise sur des chantiers de constructions, des sites industriels ou dans des locaux, j’effectue aussi des portraits photographiques de femmes et d’hommes dans leurs conditions de travail. Je garde à l’esprit l’importance de l’image de votre entreprise. Je montrerai son personnel évoluant en toute sécurité sur son lieu de travail. De même, je réalise des reportages photos pour tous vos événements professionnels : séminaire, colloque, anniversaire, assemblée générale, remise de prix, vœux, réunion, cocktail, formation, soirée de gala, team building… Pour tous vos projets des reportages photographiques et vos besoins visuels, contactez-moi sans hésitez. Je me ferai un réel plaisir de vous accompagner et de mettre mon expérience de photographe d’entreprise sur Marseille à votre disposition. Pour en savoir plus, je vous recommande la lecture du blog sur cette expérience de photographe à Lille qui est très bien fait sur le sujet.

Posté par ebizard à 16:22 - Permalien [#]

08 janvier 2019

Les banques et les GAFA en symbiose

Les nouvelles technologies incitent les banques à évoluer constamment dans l’univers du digital et plus particulièrement aux côtés des Gafa (Google, Amazon, Facebook, Apple). En effet, les besoins sont de plus en plus affinés du côté des clients et la concurrence est de plus en plus féroce ; ce qui implique une adaptation de l’expérience client avec l’innovation du secteur bancaire. Certes, les exigences en termes d’accompagnement de clientèle sont de plus en plus axées sur la personnalisation des prestations, mais il est indéniable que certaines institutions d’appui et de conseil accordent beaucoup d’importance à cet aspect plutôt nouveau de l’univers des banques. Par exemple, Détective Banque affiche un progrès notable en termes de stratégie d’écoute clientèle. En effet, cette plateforme a mis au point des services innovants conciliant avec succès savoir-faire et expériences financières. Exploitation des Gafa dans la relation client : les banques ont encore du chemin à faire Selon une enquête réalisée par Capgemini et l’Efma sur 10.000 clients présents dans une vingtaine de pays, le niveau de satisfaction des consommateurs de produits bancaires ouverts aux Gafa se trouve à un niveau relativement bas. Les résultats de l’étude révèlent qu’à peine la moitié de la clientèle est satisfaite de la qualité des canaux de communication technologiques utilisés par les banques, et cela malgré les investissements massifs consacrés au domaine de la relation client. Voici une partie des statistiques recueillies à ce propos : 51,7 % des enquêtés ont exprimé leur satisfaction vis-à-vis des services proposés sur Internet ; 51,1 % sont satisfaits par les conseils donnés par les agences bancaires ; 46,9 % trouvent plus efficaces les services bancaires proposés sur mobile ; 70% des consommateurs prévoient de changer de banque et 33% souhaitent se tourner vers les offres plus sophistiquées et plus abordables proposées par les Gafa ; La solution réside dans la personnalisation des services offerts Le manque de dynamisme des acteurs qui s’occupent de l’expérience client et le manque d’informations sur les portails web sont les failles les plus évoquées par les clients. Toutefois, certains clients qui ont déjà utilisé leurs services en ligne sont plutôt satisfaits. Mais 58,3 % d’entre eux demandent une amélioration au niveau du cadre réglementaire. Les apports des Gafa sont donc à nuancer bien que leurs utilités soient réelles dans le secteur bancaire. Une bonne alliance entre Gafa et banques est souhaitable La plupart des dirigeants qui gèrent des entités d’envergure dans le domaine des services financiers sont unanimes sur le fait que les Gafa représente une opportunité de croissance inespérée, si et seulement si elles sont bien exploitées. En effet, pas moins de 70 % de ces managers se sont rendu compte que les Fintech et les Gafa sont à même d’améliorer l’image commerciale des banques dans une perspective de collaboration harmonieuse. Ainsi, la fluidité des informations est la plus citée en tant qu’avantage (87,5 %). Les stratégies de fidélisation fondées sur l’avant-gardisme des Gafa et des Fintechs sont également perceptibles par ces acteurs (58,3 %) Bon nombre de projets sont en vue en France pour concrétiser cette alliance Le lien entre les banques et les Gafa a nettement progressé cette année 2018. La preuve : Facebook est sur le point de lancer son propre service de paiement «per to per». De son côté, Amazon accorde des achats à crédit pour toute entreprise ambitieuse et désireuse de saisir des opportunités d’amélioration d’état de trésorerie. Cette mutation vers un mode de paiement virtuel, mais en temps réel est plus remarquable sur les plateformes dédiées aux professionnels du secteur industriel. Une autre collaboration fructueuse en vue : la nouvelle carte de crédit ultra-perfectionnée concoctée par Goldman Sachs et Apple en 2019 ou bien Google Pay, une implémentation financière entre Google Wallet et Android Pay.

Posté par ebizard à 08:55 - Permalien [#]

25 octobre 2018

Cuisiner des produits sains

L'un des points positifs de notre emplacement est notre proximité privilégiée avec Trader Joe's et Whole Foods, chacun situé à moins de deux kilomètres de notre appartement. J'avais peur que m'installer sur la côte Est me fasse perdre ces deux piliers de mes achats d'épicerie, mais heureusement, leur énorme succès sur la côte Ouest leur a permis de commencer à peupler des quartiers d'ici. Actuellement, Whole Foods est un endroit que je réserve principalement comme magasin supplémentaire pour des produits que je ne trouve tout simplement pas ailleurs. Des plats comme les œufs en liberté, le fromage Quorn, le fromage Halloumi et le paneer ne sont tout simplement pas disponibles ailleurs. Chaque fois que je me promène dans le magasin regorgeant de légumes biologiques frais, de crevettes géantes et de délicieux fromages du monde entier, je rêve d'un jour d'être assez aisé pour magasiner ici. Cela n'arrête pas tout le monde, j'ai entendu certains pairs qualifier le magasin de "Whole Paycheck" alors qu'ils succombent à la vue et aux odeurs du magasin même avec leurs modestes revenus. Une partie du magasin que je n'ai jamais trop essayée est la zone des plats préparés. J'ai entendu de bonnes critiques à ce sujet de la part de mes amis, alors j'ai décidé de l'essayer. À la manière des végétaliens classiques, Kym est allé directement à l'énorme bar à salades pendant que je me plongeais dans la section de la cuisine internationale avec un éventail de plats à base de viande. Puisque vous payez au poids, j'ai décidé de renoncer à la plupart des plats à base d'amidon et d'essayer de petites quantités de plusieurs viandes. Kym est souvent déçue par les salades qu'elle obtient en dehors de la maison, mais le large choix proposé par Whole Foods lui a permis de créer une préparation plus que satisfaisante. J'étais très heureux avec tous les goûts différents que j'ai pu assembler également et c'était même assez sain en termes de teneur élevée en protéines et faible en glucides. Comme cela semble toujours être le cas chez Whole Foods, le seul inconvénient était lorsque nous sommes arrivés au registre. Tous les deux coûtaient environ 12 dollars chacun, ce qui est assez lourd à payer étant donné que vous vous servez vous-même sous forme de buffet et que l'ambiance est une épicerie. Reste un très bon repas que j'espère revoir bientôt! Je vous laisse le lien vers le site spécialiste de cette activité de cours de cuisine. .

cuisine photo-1511690656952-34342bb7c2f22

Posté par ebizard à 13:43 - Permalien [#]